Le 16.11.2017 Contraste en Méditerranée

Depuis la fin du week-end dernier, un temps particulièrement agité s'est mis en place sur le centre du bassin méditerranéen, associé à la dépression « Numa ». Celle-ci a entraîné des intempéries parfois sévères de l'Italie aux rivages de l'Adriatique jusqu'en Grèce dernièrement. Elle a également occasionné des chutes de neige conséquentes sur les massifs,  avec l'enfoncement d'une masse d'air plus froide. Cette dépression devrait circuler vers la mer tyrrhénienne ces deux prochains jours, devenant potentiellement une dépression de type « medicane »*** avant d'atteindre les côtes de la Grèce. À l'arrière du passage de « Numa » dimanche dernier, la France a connu un temps bien plus calme après la journée tempétueuse sur le sud lundi. Ce temps calme se prolonge en Espagne où des conditions de sécheresse perdurent.
 

Animation des cumuls de précipitation prévus par le modèle ARPEGE 00 par pas de temps de 12 h entre jeudi 15 novembre à 12h UTC et dimanche 19 novembre 2017 à 12 h UTC
Animation des cumuls de précipitation prévus par le modèle ARPEGE 00 par pas de temps de 12 h entre jeudi 15 novembre à 12h UTC et dimanche 19 novembre 2017 à 12 h UTC - © Météo-France
(Cliquer sur l'animation pour l'agrandir)

Des conditions fortement perturbées de l'Italie aux Balkans et à la Grèce

La dépression « Numa », responsable des intempéries du dimanche 12 sur l'Hexagone, a gagné au cours de la journée de lundi 13 la Méditerranée, se creusant d'abord dans le Golfe de Gêne puis circulant sur l'Italie, à l'origine alors de l'épisode tempétueux en France autour du pourtour méditerranéen. Des conditions météorologiques souvent sévères ont alors concerné l'Italie, s'installant également de l'autre côté de la mer Adriatique. De fortes précipitations ont été observées et, avec la rotation des vents au secteur nord à l'arrière du minimum dépressionnaire, une masse d'air bien plus froide s'est engouffrée, faisant chuter parfois brutalement le mercure*. Un abaissement remarqué de la limite pluie-neige, avec des chutes de neige à très basse altitude, s'est produit sur l'arc alpin mais également sur les Alpes dinariques et les Apennins italiens où la neige est tombée abondamment, atteignant même parfois la plaine comme dans la région de Bologne. Un épisode conjoint de « bora »** a produit des rafales de vent dépassant les 100 km/h du Golfe de Trieste à celui de Venise.

 

De mardi à mercredi, la dépression s'est positionnée en mer Tyrrhénienne, associée à de l'air froid en altitude. Du sud de l'Italie à l'ouest des Balkans, elle a provoqué des remontées d'air humide et instable à l'origine de pluies et orages parfois violents, associés à de forts et brusques coups de vent (des phénomènes de tuba ou trombes ont été observés). Ces intempéries se sont également étendues à la Grèce ces dernières 48 heures, essentiellement sa frange occidentale, où des crues éclair aux conséquences parfois dramatiques furent observées, comme dans la région d'Athènes mercredi 15. En montagne, les chutes de neige se sont prolongées sur le centre des Apennins où la couche de neige dépasse régulièrement 50 cm vers 1000 m d'altitude.
 

Animation de la pression au niveau de la mer, du champs de vent et des rafales prévus par le modèle ARPEGE 00 du vendredi 17 novembre à 00 h UTC au dimanche 19 novembre 2017 à 00h UTC
Animation de la pression au niveau de la mer, du champs de vent et des rafales prévus par le modèle ARPEGE 00 du vendredi 17 novembre à 00 h UTC au dimanche 19 novembre 2017 à 00h UTC - © Météo-France
(Cliquer sur l'animation pour l'agrandir)

« Numa », devenant potentiellement un phénomène de type « medicane »

Entre aujourd'hui jeudi 16 et samedi 18, « Numa » pourrait potentiellement évoluer vers une dépression de type « medicane »***, circulant en mer Ionienne depuis le sud de la Sicile vers les côtes grecques où les conditions pourraient ainsi rester extrêmement agitées jusqu'à samedi ou dimanche, associant de très forts cumuls de pluie et localement de très fortes rafales de vent (plus de 100 km/h) si Numa atteint les côtes. À l'arrière, un temps plus calme devrait se dessiner de la botte italienne à l'ouest des Balkans. 

 

Bien plus calme en Méditerranée occidentale 

Confrontée à un état de sécheresse sans précédent à cette période de l'année, la péninsule ibérique est restée bien à l'écart de ce temps perturbé, sous l'influence de conditions anticycloniques. Ce temps calme a également concerné l'ensemble du pourtour méditerranéen français après la journée tempétueuse de lundi. 

Portugal, Espagne et sud de la France resteront encore favorisés ces prochains jours. 

 

 

* à Bologne, on est passé en 12 heures d'une température de 9 °C à minuit dimanche 15 au soir à 0 °C lundi à midi sous la neige.

 

** Le « bora » est un vent de secteur nord à nord-est soufflant depuis les crêtes des Alpes dinariques vers le littoral, du Golfe de Venise jusqu'au rivage du Monténégro, s'accélérant en dévalant les pentes et produisant des rafales parfois supèrieurs à 150 km/h sur les zones exposées.

 

*** Un « medicane » (provenant de la contraction de « mediterranean hurricane ») est une dépression présentant certaines caractéristiques associées d'ordinaire aux dépressions tropicales. Ce type de phénomène intense, d'échelle relativement petite et axi-symétrique, peut se former à l'automne en Méditerranée lorsque l'activité orageuse autour d'un centre dépressionnaire libére une suffisamment grande quantité d'énergie dans l'atmosphère, jusqu'à quelques milliers de mètres d'altitude, pour former une  « dépression à cœur chaud ». Ce phénomène est propice notamment à de fortes pluies ainsi qu'à des vents tempétueux dans un cercle de petite échelle spatiale autour du minimum.

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Vous devez être connecté pour poster un commentaire