prévision

  • Le 18.09.2018:Météo en France du mardi 18 septembre : nuages au Nord, orages du Centre au Nord-Est

    Le temps de ce mardi 18 septembre sera plus nuageux au Nord, orageux du Centre au Nord-Est, selon les prévisions de Météo-France.

     

    Le 18.09.2018:Météo en France du mardi 18 septembre : nuages au Nord, orages du Centre au Nord-Est

     

    Sur le nord du pays, les passages nuageux seront nombreux dès le matin ce mardi 18 septembre. De la Bretagne et des Pays de Loire jusqu'au Nord-Pas-de-Calais, ils peuvent donner quelques gouttes, mais laissent la place à des éclaircies l'après-midi.

    Par contre entre le nord de la Nouvelle-Aquitaine, le Centre, la Bourgogne, la Champagne et la Lorraine, les nuages seront parfois menaçants et s'accompagneront d'ondées assez fréquentes et orageuses l'après-midi. Les orages seront attendus sur l'extrême Nord-Est du pays en soirée.

    Au sud, le relief des Pyrénées, de la Corse et des Alpes frontalières se chargera surtout l'après-midi avec un risque d'averses. Localement, un orage sera possible sur les Pyrénées.

     

     

    Autour du golfe du Lion, les entrées maritimes seront compactes en matinée, puis se morcelleront en journée. 

    Partout ailleurs, un temps bien ensoleillé et assez chaud se maintiendra.

     

    Les températures

     

    Les températures resteront estivales. Les minimales varieront de 10 à 18 degrés, 18 à 21 près de la Méditerranée.

    Les maximales s'échelonneront de 20 à 24 degrés près de la Manche, de 23 à 28 degrés de la frontière belge aux Pays de Loire et Poitou-Charentes ainsi que sur le pourtour méditerranéen, elles atteindront 26 à 30 degrés partout ailleurs, localement 31 ou 32 Auvergne Rhône-Alpes jusqu'à l'Alsace.

     

    Lire la suite

  • Le 18.09.2018:Météo : qu'est-ce que l'été indien ?

    L'été n'est pas encore terminé, il prendra fin le 22 septembre, ce qui ne signifie pas pour autant une chute des températures. Quand la douceur se poursuit, c'est l'été indien mais qu'est-ce que cela signifie vraiment ?

     

    Le 18.09.2018:Météo : qu'est-ce que l'été indien ?

    Après les records de l'été, des températures élevées peuvent se maintenir à l'automne. C'est l'été indien. L'expression ne vient pas d'une célèbre chanson française mais de Pennsylvanie aux États-Unis, où elle est apparue à la fin du XVIIIe siècle. 

    L'indian summer décrit une "particularité du climat continental d'Amérique du Nord. Il s'agit d'une période de temps très doux, ensoleillé et sec qui se produit après les premiers gels, en octobre ou novembre au Canada", explique 
    Météo France. "La température dépasse alors 18 °C et le ciel est limpide". 

     

    Mais l'institut météorologique explique que l'expression "été indien" ne correspond pas au climat français : le "terme est utilisé de façon impropre en France pour désigner du beau temps à l'automne". Même si la France est à la même latitude que le sud du Québec, le climat y est différent. En France, le climat possède "un caractère continental beaucoup moins marqué, sous influence océanique".​

     

    Des gelées plus tardives en France

     

    En France, les gelées arrivent en moyenne plus tard et les redoux sont moins marqués. Pour faire simple : le climat varie moins qu'au Québec, en Amérique du Nord. L'été indien dans sa définition américaine ne recouvre donc pas la réalité française.

    L'été indien à la française, ce sont des températures entre 20 et 25 degrés en octobre, voire parfois jusqu'au début du mois de novembre.

    En France métropolitaine, en automne, la température moyenne en automne est de 13,1 degrés et il tombe en moyenne 268 mm précipitations entre le 1er septembre et le 30 novembre, selon 
    Météo France. En météorologie, l'automne couvre les mois de septembre, octobre et novembre c'est-à-dire la période pendant laquelle la durée du jour raccourcit et l'ensoleillement diminue.

     

     

    Lire la suite

  • Le 14.09.2018:L’ouragan Florence s'apprête à frapper fort

    Le 14.09.2018:L’ouragan Florence s'apprête à frapper fort

     

    Les premières rafales de vent accompagnées de fortes pluies se sont abattues jeudi après-midi.

     

     

     

    La côte atlantique américaine se préparait ce vendredi à subir de plein fouet l’impact de l’ouragan Florence qui, avec des pluies diluviennes poussées par des vents violents, menace de provoquer des inondations catastrophiques.​

     

    Plus de 150 000 foyers privés d’électricité

     

    L’ouragan reste dangereux même s’il a été rétrogradé en catégorie 1, sur l’échelle Saffir-Simpson qui en compte cinq, a averti le Centre national des ouragans (NHC). Avec des vents calculés à 150 km/h, à des niveaux très proches de la deuxième catégorie, l’oeil du cyclone se trouvait à 95 km de Wilmington, en Caroline du Nord, cette nuit, selon l’institut.

    Dans cet Etat, plus de 150 000 foyers étaient privés d’électricité à la même heure, selon le service local de gestion des urgences.

    Les premières rafales de vent accompagnées de fortes pluies se sont abattues jeudi après-midi la ville portuaire de Wilmington, faisant vaciller les arbres et les feux tricolores suspendus.

    Florence se dirige vers la côte à 9 km/h et son oeil devrait atteindre le littoral ce vendredi où l’ouragan déchargera ses pluies torrentielles pendant de longues heures avant de s’enfoncer samedi à l’intérieur des terres, accentuant le risque d’inondations et de crues soudaines.

     

    Le 14.09.2018:L’ouragan Florence s'apprête à frapper fort

     

     

    VILLES-FANTÔME, VOLS ANNULÉS...

     

    Photo Alex EDELMAN/AFP

    Photo Alex EDELMAN/AFP

     

    Environ 1,7 million de personnes ont été sommées de se mettre à l’abri, loin du littoral. Au sud, la célèbre station balnéaire de Myrtle Beach, en Caroline du Sud, s’est aussi transformée jeudi en ville-fantôme : rues désertes, stations-essence fermées et fenêtres calfeutrées. Sur l’immense plage, certains avaient même défié les éléments en surfant sur les premières grosses vagues amenées par l’ouragan.
    En outre, plus de 1 000 vols ont déjà été annulés en raison de l’ouragan, selon les médias américains. 

    Lire la suite

  • Le 14.09.2018:Japon: Le typhon Jebi fait onze mort, l'aéroport d'Osaka à l'arrêt et un séisme de 6,6 sur l'île d'Hokkaido

    Le 14.09.2018:Japon: Le typhon Jebi fait onze mort, l'aéroport d'Osaka à l'arrêt et un séisme de 6,6 sur l'île d'Hokkaido

     

    Les dégâts du typhon Jebi au Japon. — JIJI PRESS / AFP

     

    Onze morts, des centaines de blessés, de nombreux dégâts matériels et le chaos à l’aéroport du Kansai (Osaka, ouest) qui pourrait rester fermé une semaine entière : le typhon Jebi qui a balayé le  Japon restera dans les annales, même s’il est loin d’être le plus meurtrier. A peine le cyclone passé, le pays était secoué jeudi par un puissant séisme de magnitude 6,6 à Hokkaido, la plus septentrionale des îles principales , sans entraîner toutefois d’alerte au tsunami. Les médias ne faisaient état d’aucun dégât.

    Ce 21e cyclone de la saison a laissé dans son sillage des maisons en tout ou partie détruites, des poteaux à terre, des arbres arrachés, des toitures envolées (comme à la gare de Kyoto), des grues affaissées ou des véhicules accidentés. Le typhon a laissé l’aéroport Kix, situé en mer sur une île artificielle au large d’Osaka, inondé et fermé, avec 3.000 passagers et plusieurs centaines d’employés bloqués à l’intérieur, car le pont reliant les installations à la terre ferme a été endommagé par un pétrolier qui s’y est encastré.

     

    Perturbations dans les airs

     

    Le typhon Jebi, dont les vents dans la partie centrale dépassaient 160 km/h et près de 220 km/h en périphérie, a traversé mardi l’archipel du sud-ouest au nord, s’affaiblissant en bout de course. Il était classé dans la catégorie des typhons "très puissants", lesquels touchent assez rarement de façon directe le Japon. C’est le premier de ce type accostant sur l’archipel depuis 1993.

    Le Premier ministre Shinzo Abe a promis "les efforts maximums pour traiter la situation et remettre en état les infrastructures". Dans tout le pays, les compagnies aériennes, qui avaient renoncé à environ 800 vols mardi, en ont encore annulé autour de 160 mercredi, selon les chiffres compilés par la NHK. Le trafic ferroviaire est en revanche à peu près revenu à la normale.

    Si l’archipel est régulièrement secoué par des intempéries, cette année a été particulièrement difficile. Il y a deux mois, des pluies record dans le sud-ouest ont provoqué des inondations inédites et des éboulements, qui ont tué quelque 220 personnes, avant une vague de chaleur elle aussi meurtrière.

    Lire la suite