space

  • Le 12.09.2018:L'ouragan Florence s'approche de la côte Est américaine, la population se prépare

    Le 12.09.2018:L'ouragan Florence s'approche de la côte Est américaine, la population se prépare

     

    Le président Donald Trump reçoit un briefing dans le Bureau ovale sur l'ouragan Florence, le 11 septembre 2018

    Le président Donald Trump reçoit un briefing dans le Bureau ovale sur l'ouragan Florence, le 11 septembre 2018 / AFP

     

    Supermarchés pris d'assaut, fenêtres calfeutrées et longues files de voitures: la population d'une vaste partie de l'est des Etats-Unis se préparait mardi à l'arrivée de Florence, un ouragan potentiellement dévastateur attendu avec des vents extrêmement violents et des pluies diluviennes.Les opérations d'évacuation concernent 1,7 million de personnes en Caroline du Sud, en Caroline du Nord et en Virginie. Ces trois Etats sont les plus menacés par Florence, qui progresse vers l'ouest et le nord-ouest à une vitesse de 28 km/h et devrait atteindre jeudi les côtes américaines, selon le Centre national des ouragans (NHC).Mais l'ouragan, toujours classé mardi en catégorie 4 (sur 5) sur l'échelle de Saffir-Simpson avec des vents atteignant 220 km/h, pourrait sévir jusqu'en Pennsylvanie, a mis en garde l'Agence fédérale de gestion des situations d'urgence (Fema).L'armée américaine a annoncé qu'elle se préparait à assister la Fema "pour aider les Etats se trouvant sur le chemin de... Il reste 80% de l'article à lire.

    Lire la suite

  • Le 12.02.2018 : News Horizons bat des records

    New Horizons bat le record de la plus lointaine photographie jamais prise

    La sonde américaine New Horizons, après avoir croisé Jupiter et le système de Pluton, fonce dans la ceinture de Kuiper, loin derrière la plus lointaine planète...

    Img 20180212 012249

    Ce sont les plus lointaines images jamais prises par une photographe. Celle-ci se trouvait à 6.12 milliards de kilomètres de la Terre lorsqu'elle a pris ses clichés. Une photographe ? Oui et non, puisqu'il s'agit en fait de la projection du génie humain dans le cosmos : la sonde américaine New Horizons.

     

    New Horizons fonce vers l'objet transneptunien (un lointain corps glacé) 2014 MU69, qu'elle frôlera dans la nuit de la Saint-Sylvestre, au tournant de 2018 et 2019. En attendant, la sonde américaine, pilotée depuis la Terre, observe son environnement, dans le silence glacial du système solaire lointain. News Horizons a donc, en décembre dernier, tourné ses caméras vers deux astéroïdes de glace, 2012 HZ84 et 2012 HE85, et battu à cette occasion le record de distance pour une photographie. Ce surréaliste record était détenu depuis 1990 par la sonde Voyager 1, qui avait tourné son objectif vers le système solaire intérieur, avant de foncer vers la sortie du système solaire.

     

    L'intérêt de ces images ? Elles montrent ces objets situés à 6 milliards de kilomètres de la Terre, sous un éclairage « de côté » qui permettra aux scientifiques de déterminer mieux les caractéristiques des surfaces de ces deux corps. Une observation évidemment impossible à réaliser depuis notre planète.

     

    Prochain record pour New Horizons : 6,6 milliards de kilomètres !

    Un jour, New Horizons, plus rapide que sa devancière, sera le plus lointain objet jamais conçu par l'Homme, mais en attendant, Voyager 1 tient haut la main ce record, puisqu'elle se situe aujourd'hui à un peu plus de 21 milliards de kilomètres de la Terre, bien au-delà des planètes du système solaire, Neptune se trouvant à seulement 4.5 milliards de kilomètres !

     

    New Horizons et Voyager 1, ainsi que leurs sœurs et cousines Voyager 2, Pioneer 10 et 11, avancent aujourd'hui dans la ceinture de Kuiper, cet espace immense où tournent Pluton et Charon, Makémaké, Hauméa, Arawn, Chaos, Varuna, Ixion, Rhadamanthe, Huya, Typhon, Lempo, Quaoar, Deucalion, Logos, Céto, Borasisi, Sila, Orcus, et des milliers d'autres corps de glace comme les petits 2012 HZ84, 2012 HE85 ou encore 2014 MU69, et tant d'autres à découvrir... Au-delà de cette ceinture, s'étend le halo encore inconnu du nuage de Oort, un immense réservoir de comètes plongé dans la nuit et le froid.

     

    Nos ambassadrices de l'humanité sont donc encore bien loin de la sortie du système solaire, car l'influence gravitationnelle du Soleil sur son environnement de planètes, d'astéroïdes et de comètes s'étend jusqu'à près de une année-lumière, soit dix mille milliards de kilomètres...

     

    En attendant, New Horizons devrait battre son propre record fin décembre, en prenant les premières photographies de 2014 MU69 à 6.6 milliards de kilomètres de la Terre. En attendant mieux, plus loin, dans les années à venir ?

     

    Par Serge Brunier

  • Le 18.12.2017 : Pas moins de 19 astéroïdes vont frôler la Terre en 2018 !

    Pas moins de 19 astéroïdes vont frôler la Terre en 2018 ! par Yohan Demeure 17 décembre 2017, 0 h 33 min

    Crédits : NASA

    Le magazine Sciences et Avenir a listé dans une infographie complète les gros astéroïdes qui frôleront la Terre, mais rassurons-nous, aucune collision n’est au programme !

    Tous les jours, des météorites atteignent notre planète, mais une grande majorité se consume dans notre atmosphère. Une collision avec un astéroïde géant est cependant la hantise des passionnés et des scientifiques, popularisée au cinéma par des films tels que Armageddon (1998).

    À la fin de l’été 2017, l’astéroïde géant Florence découvert en 1981 est passé à 7 millions de kilomètres de la Terre, une distance plutôt courte à l’échelle de l’Univers. L’astéroïde 2012 TC4 (diamètre de 10 à 30 mètres), un habitué croisant l’orbite de notre planète régulièrement, a frôlé la Terre en octobre et pourrait revenir pour s’y écraser en 2079, comme ce fut le cas du météore de Tcheliabinsk en 2013. Il y a aussi l’astéroïde 3200 Phaéton, qui passera à 10 millions de kilomètres de notre planète avant Noël ou encore Oumuamua, un rocher de 400 mètres de long également passé non loin de la Terre, alimentant les plus hallucinantes thèses et faisant l’objet d’un projet destiné à le placer sur écoute : le projet Lyra.

    Le magazine Sciences et Avenir a récemment publié une infographie citant les astéroïdes qui frôleront notre planète au courant de l’année 2018. Parmi les 19 objets détaillés, le plus gros devrait être l’astéroïde 2003 SD220 pour la fin d’année (voir ci-après), déjà passé à proximité de la Terre le 24 décembre 2015 à environ 28 distances lunaires et qui fait partie de ces objets qui croisent l’orbite de notre planète assez régulièrement.

    L’astéroïde qui passera le plus proche de la Terre en 2018 se nomme 2014 US7, à une distance de 1,2 million de kilomètres, soit un peu plus de 3 fois la distance Terre-Lune. Cependant, sa taille évaluée entre 14 et 31 mètres de diamètre ne fait pas de lui un objet très dangereux (voir ci-dessous).

    Sources : Sciences et Avenir – Ouest France

    Lire la suite

  • Le 12.12.2017 : A la suite d’une erreur de calcul, la Russie perd un satellite

    L’agence de presse russe a annoncé mardi que la perte d’un satellite lancé fin novembre était due à une erreur du logiciel utilisé.


    En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/cosmos/article/2017/12/12/a-la-suite-d-une-erreur-de-calcul-la-russie-perd-un-satellite_5228306_1650695.html#YawSArIbroRYLi8j.99

    Le lanceur Soyouz 2.1b décolle du cosmodrome de Vosyochny en Russie, le 28 novembre.

    Le 28 novembre, la Russie avait perdu le contact avec un satellite météorologique baptisé Meteor, lancé quelques heures plus tôt par une fusée Soyouz depuis le nouveau cosmodrome de Vostotchny. Mais quelques minutes après le lancement, « durant la première communication prévue avec le satellite, il n’a pas été possible d’établir une connexion en raison du fait qu’il n’a pas atteint l’orbite visée », précise un communiqué de l’agence spatiale russe, Roscosmos.

    En cause : une erreur de calcul. « L’algorithme du système de navigation a conclu à une orientation incorrecte pour le décollage de l’étage supérieur [du satellite] après s’être détaché de la fusée », a déclaré mardi 12 décembre à l’agence de presse russe Interfax le vice-président de Roscosmos, Alexandre Ivanov.

     

    En conséquence, l’étage supérieur du satellite a effectué une rotation dans le mauvais sens, ce qui a mené à sa perte, a-t-il précisé, parlant d’une « situation inhabituelle ». En plus du satellite lui-même, dix-huit charges utiles appartenant à des institutions ou des entreprises du Canada, des Etats-Unis, du Japon, d’Allemagne, de Suède et de Norvège ont également été perdues.

    Série de revers technologiques

    M. Ivanov s’est défendu d’un problème lié « à la qualité, à la rigueur dans l’industrie » spatiale russe, soulignant l’unique responsabilité du « logiciel utilisé », qui a déjà vingt ans de service, a-t-il précisé. La perte du satellite est un nouvel échec pour l’industrie spatiale russe, qui a connu plusieurs revers ces dernières années.

     Lire aussi :   L’homme dans l’espace, pour quoi faire ?

    Construit pour le coût de 300 à 400 milliards de roubles (4 à 5,3 milliards d’euros), le cosmodrome de Vostotchny avait déjà connu en avril 2016 un premier accroc lorsque le lancement d’une fusée avait dû être annulé in extremis en raison du dysfonctionnement d’un câble.

    L’année dernière, Roscosmos avait annoncé avoir perdu le contact avec un vaisseau-cargo non habité qui devait ravitailler la Station spatiale internationale (ISS), peu après son décollage du cosmodrome de Baïkonour au Kazakhstan. Le 22 août 2014, la mise en orbite des deux premiers satellites opérationnels du GPS européen Galileo avait échoué à la suite du gel du carburant dans l’étage supérieur Fregat du lanceur Soyouz.

    En 2011 la Russie avait interrompu pour un temps l’utilisation de son lanceur emblématique Soyouz, après l’accident d’un vaisseau cargo russe lancé vers l’ISS, qui n’avait pas réussi à rejoindre la bonne orbite et s’était écrasé sur Terre.

     

    Lire la suite