Evénements marquant météorologiques memorial

Retrouvez nos événements marquant météorologiques memorial

 

Météorologie en general

 

  • Le 3.08.2018:2008 – 2018 : les 10 ans de la tornade EF4 d’Hautmont (Nord)

     Notre article est dedié a Vincent Halgrain (Meterologue est Previsioniste amateur de notre association) qui a vecu cette tornade il ya 10 ans jours pour jours à Hautmont le 3.08.2008.

    Lire la suite

  • Le 2.11.2017 Les chroniques météo de l'année 1992...

    Ecarts à la normale 1992

     

    Repères historiques

    23 février : Albertville accueille les jeux olympiques d’hiver
    5 mai : drame au stade de Furiani
    9 août : succès des jeux olympiques de Barcelone
    3 novembre : Bill Clinton est le 42ième président américain 
    Une nouvelle chaîne de TV apparaît : ARTE

     

     

     

    Evènements météo marquants de l’année

     

    Le mois de janvier est très sec, sauf sur la Languedoc Roussillon où de très fortes chutes de neige ont lieu du 22 au 24 janvier - 180 camions sont bloqués du coté de Carcassonne où l’épaisseur de neige atteint 52cm - on mesure également 42cm de neige à Perpignan et une couche assez importante à Montpellier et dans le Gard.


    La neige tombée en abondance à Montpellier


    Une sécheresse assez importante est observée au cours du printemps 1992.

    La Loire à sec

    Du 14 au 17 mai, une chaleur hors du commun accentue cette sécheresse, notamment sur la moitié sud - on dépasse souvent 30° et on atteint 35° à Cognac et 34° à Bordeaux - la sécheresse s’estompe à la fin du mois de mai avec l’arrivée de nombreux orages.

     

     

    Du 25 mai au 1er juin : un série d’orages à caractère tropical s’abattent un peu partout en France - les 25 et 28 mai, des torrents de boue ravagent notamment le Val d’Oise et la région de Riom (Puy de Dôme) où il tombe 114mm de pluie en quelques heures - dans la nuit du 31 mai au 1er juin, des pluies d’une intensité record sont enregistrées en Région parisienne - le centre de Sarcelles (au nord de Paris) est noyé sous 2m d’eau (un peu comme le 3 juillet 1926) - près de la gare St Lazare, il tombe 192mm de pluie en 24h, soit l’équivalent de 3 mois de précipitations - jamais, une telle quantité d’eau n’avait été mesurée jusqu’à présent sur cette région en une seule journée.

    Des égouts explosent dans l’Essonne 


    Le centre de Sarcelles (95) inondé


    Sarcelles, noyé par les pluies diluviennes


     

    En juin, il ne cesse de pleuvoir - le 20 juin, des pluies soutenues s’abattent en Normandie et en Picardie et en cette veille d’été, on enregistre seulement 10° à Château-Chinon, 12° à Vichy, 13° à Orléans et 14° à Paris.

     

    Les 7 et 8 août : très forte chaleur - il fait 38° à Auxerre et Troyes, 37° à Metz, 36° à Paris - cette chaleur provoque de très gros orages de grêle au nord de Paris, à Bordeaux, Nogent le Rotrou et à Tours où une tornade est observée 2 semaines plus tard - un régatier est porté disparu en Gironde - les vignobles du Médoc et des Corbières sont sévèrement touchés.

     

    D’intenses précipitations provoquent des inondations dans le sud-est du pays à la fin du mois de septembre - le 21 septembre, les inondations touchent les Cévennes et le département de l’Hérault - 447mm de pluie à Caylar (Hérault) - le 22 septembre, les orages concernent tout le quart sud-est - on enregistre 6200 impacts de foudre - les eaux de l’Ouvèze ravagent le centre-ville de Vaison la Romaine, notamment une cité pavillonnaire - le bilan s’élève à plus de 40 morts; il tombe 212mm en 4h30.

    Cumuls de pluie du 22 septembre 1992 sur les Alpes du sud

    les 26 et 27 septembre, le Languedoc-Roussillon puis la Corse sont de nouveau touchés - 290mm de pluie en 4h à Narbonne - Rennes-les-bains et Couiza (Aude) sont frappés.


    Les inondations catastrophiques de Vaison-la-Romaine


    De l'eau jusqu'à la taille !!

     

    Octobre et novembre 1992
    sont des mois frais et très perturbés - le 17 octobre, des flocons de neige sont signalés jusqu’aux portes de Lyon et de Genève - à la fin du mois de novembre, l’épaisseur de neige est très importante au nord des Alpes - elle atteint parfois 1m à 2000 m d’altitude et 2,5m à 2500 m d’altitude - le 21 novembre, 7 personnes sont tuées par une coulée de neige à Val Thorens (Savoie).

     

    A partir du 29 décembre : de l’air très froid et très sec envahit toute la moitié nord - le réveillon de la St Sylvestre est marqué par de fortes gelées - cette mini vague de froid se poursuit jusqu’au début du mois de janvier 1993.

     

    Ecarts à la normale 1992

    Lire la suite

  • Le 28.10.2017 Le 27 octobre 1937, un brusque coup de chaleur tout à fait hors saison se produit sur toute la moitié Est

    Le 27 octobre 1937, un brusque coup de chaleur tout à fait hors saison se produit sur toute la moitié Est - il fait jusqu'à 26° à Lyon et Montélimar, 25° à Romilly, 24° à Dijon et Reims et 23° à Valenciennes. Ce coup de chaleur est suivi de pluies torrentielles dans le Sud-ouest, lesquelles provoquent de graves inondations entre le 28 et le 31 octobre, notamment en Ariège et dans le bassin de la Garonne.

    513

     

    Lire la suite

  • Le 15.10.2017 VIDÉOS - Il y a 30 ans ans, le passage d'un ouragan en Bretagne

    15 personnes ont perdu la vie après le passage de la tempête en Bretagne

     

    15 personnes ont perdu la vie après le passage de la tempête en Bretagne 

     

    Dans la nuit du 15 au 16 octobre 1987, une tempête d'une violence inouïe balayait la Bretagne. Des rafales de vent jusqu'à 216 km/h ont été enregistrées à la pointe du Raz, dans le Finistère. Quinze personnes sont tuées et les dégâts matériels s'élèvent à 3,5 milliards d'euros.

    Le 15 octobre 1987, une première dépression passe du côté de Ouessant et ne donne que quelques rafales de vent. Dans la foulée de cette dépression, une seconde se forme à l'arrière, au large du golfe de Gascogne, et se dirige vers la Bretagne. Dans la nuit, elle frappe la Bretagne avec des rafales jusqu'à 216 km/h enregistrées à la pointe du Raz.

    "Un phénomène qui n'est pas rare"

     

    Ce jour-là, la télévision publique, FR3 Rennes, propose à ses téléspectateurs un reportage avant l'arrivée de la tempête. Mais personne ne sait alors à quel point les dommages seront importants. Claude Fons, du centre départemental Brest-Guipavas de météorologie nationale, interrogé dans le reportage ci-dessous, explique que ce phénomène n'est "pas inhabituel". "Dans la deuxième quinzaine d'octobre, on rentre de plein pied dans des situations qui ont une tendance beaucoup plus hivernale. [...] A cette époque de l'année, sans être très fréquent, c'est un phénomène qui n'est pas rare".

     

     

    Au petit matin, les dégâts sont énormes. Le paysage est "dantesque", raconte Emmanuel Yvon, journaliste à FR3 Rennes. Bâtiments, établissements scolaires, routes, forêts, ports, agriculture... Les dommages sont considérables et se chiffrent à 23 milliards de francs (3,5 milliards d'euros). Quinze personnes sont mortes. Un quart des forêts bretonnes sont détruites et 1,25 million de foyers sont privés d'électricité. Sur les bord de mer, de nombreux bateaux ont coulé ou se sont échoués. Plusieurs clochers d'églises n'ont pas résisté au passage de la tempête. L'église de Concarneau sera fermée puis démolie quelques années plus tard.

    15 morts et 23 milliards de francs de dégâts

     

     

    La tempête a aussi durement touché la Normandie, et plus encore l'Angleterre. En Bretagne, les quatre départements sont concernés. Dans les Côtes d'Armor (département alors appelé Côtes du Nord), les dégâts s'élèvent à 4 milliards de francs (764 millions d'euros). Saint-Brieuc en particulier, a subi de très nombreux dommages. Dans le Morbihan, les cours d'eau sont très abîmés, la facture s'élève à 2,6 milliards de francs (près de 400 millions d'euros). La note est lourde aussi dans le Finistère, où les dégâts se chiffrent à 2 milliards de francs (un peu plus de 300 millions d'euros). L'Ille-et-Vilaine est le département le moins touché, mais pour l'agriculture, les dégâts s'élèvent à 100 millions de francs (20 millions d'euros).

    Lire la suite

  • Le 1.10.2017 Retour sur les intempéries : inondations en cours à Saint-Gilles dans le Gard un ans après jours pour jours

    La commune de Saint-Gilles, dans le Gard, est sous l'eau. Un orage stationnaire s'est formé au dessus de la ville et provoqué des inondations. Les images sont assez impressionnantes.

    C' étais le 1.10.2016

     

    Que c'est il passé exactement ce jours la?

     

    Un orage stationnaire s’est formé au dessus de Saint-Gilles. Des inondations sont en cours et la circulation est très difficile notamment dans le centre-ville. Météo Languedoc estime qu'il est tombé 90 mm de pluie en 1 heure et entre 100 et 150mm en 24 heures. Evitez tout déplacement dans la mesure du possible.

     

    Axes routiers et voitures inondés


    Peu après 19h00, l'orage était en direction des Bouches-du-Rhône, indique Météo Languedoc. De nombreux axes routiers ont été inondés et plusieurs véhicules ont été noyés dans la commune.

     

    Video d un orage violent de cette aprés midi a St Gilles gard 30

     

    RETOUR EN VIDEOS DE CETTE JOURNEE DU 1.10.2016

     

     

    Inondation suite a un gros orages stationnaire a ST GILLES GARD 30

     

     

    Un orage s’est formé au-dessus de la ville de Saint-Gilles, dans le Languedoc-Roussillon. La commune est donc sous l’eau depuis le 1er octobre.


    Les orages continuent de frapper le département du Gard. Et ce mal
    gré la levée de la vigilance orange de Météo France. Une ville est particulièrement touchée : Saint-Gilles. Selon France 3 – Languedoc Roussillon, depuis samedi 1er octobre, un orage stationnaire s’est formé au-dessus de la commune et provoque de nombreuses inondations. La circulation est devenue très difficile, voire impossible, notamment dans le centre-ville. 

     

    Selon les estimations de Météo Languedoc, 90 millimètres de pluie sont tombées en une heure, et entre 100 et 150 millimètres sont tombées lors des dernières 24 heures. Sur les images impressionnantes diffusées sur le compte Twitter du site local de prévisions, il est possible de voir des torrents d’eau couper la circulation sur plusieurs axes de la ville, la pluie se mêlant à la terre. Certains habitants bravant l’orage se retrouvent avec de l’eau leur arrivant jusqu’aux cuisses.

     

    L'orage se déplace

     

    Samedi 1er octobre, peu après 19 heures, l’orage allait en direction des Bouches-du-Rhône, indiquaient les sources météo locales. Plusieurs axes routiers ont donc été inondés et des véhicules de la commune ont été noyés. De nouvelles averses sont prévues dans la nuit de dimanche 2 à lundi 3 octobre, sans toutefois être aussi importantes.

     

     

     

     

     

     

    Lire la suite